L'entretien du Griffon d’arrêt a poil dur (Korthals)

Toilettage

Parmi les humains, les chauves et les imberbes n'ont pas à engager de frais de coiffeur, ni de dépense à faire pour l'achat d'un peigne ou d'un rasoir. Pour la toilette, un bon savon suffit. Par contre, les natures velues doivent investir dans ce type de matériel si elles désirent entretenir régulièrement leur tête, garder leur identité et la finesse de leurs traits car sans entretien, les cheveux recouvrent le crâne et cachent les formes de la tête, la barbe et les moustaches envahissent la face et masquent le visage. Pour les têtes de griffons d'arrêt, il en est de même, mais ici les choses sont encore plus compliquées. Outre le peigne, il faut une étrille, le rasoir devient un peigne-couteau et les shampoings sont plus spécifiques… En plus, un gant de crin est très utile.

                  
 
Le toilettage esthétique est plus complexe, quoique la mode capillaire humaine
s'avère parfois étonnamment subtile. Une belle tête de griffon, bien typée, doit être
bien fournie en poils, dotée de bonnes garnitures. Pour être mise en valeur, elle
nécessite de façon régulière un entretien approprié. Lorsqu'on ne le fait pas
soi-même par manque de connaissance ou tout simplement par manque de temps,
il ne faut pas recourir à n'importe quel "figaro canin" qui ne connaît pas le KORTHALS.              
 
La coiffure de la tête du KORTHALS est particulière, il ne faut pas tailler n'importe
comment.                  
 
Les sourcils bien accusés ne doivent pas recouvrir les yeux afin de ne pas cacher la
vue, les moustaches et la barbe doivent êtres copieuses pour protéger la face et lui
donner sa forme carrée si caractéristique. Ces garnitures nécessitent un peignage
régulier pour les nettoyer et pour les aérer. Lorsque les sourcils sont trop longs, on doit
les ébarber, il convient d'arracher le poil mort et d’effiler les pointes trop longues ; ne jamais les couper. L'usage des ciseaux est absolument proscrit, il laisse généralement des traces en échelle et c’est du camouflage. On peut à la rigueur se servir d'un peigne couteau.      
 
On l'a précédemment dit, DE GINGINS l'a expliqué : il n'y a pas de sous poil en tête, le poil de tête en est une expansion.

•  La forme légèrement bombée du dessus de crâne exige une toison assez courte. L'utilisation du peigne couteau est pratique. Il faut maintenir un poil court, d'une longueur approximative d'un centimètre. On peut aussi se servir d'une tondeuse, beaucoup d'amateurs le font, mais le problème tient au fait que la tonte est souvent faite de trop près, ce qui n'est pas très seyant, sans compter les accrocs et les échelles…

•  De même, le poil sur les oreilles doit être travaillé. Il a tendance à s'allonger à cet endroit sur le dessus et sur le pourtour. De ce fait, la forme de l'oreille se modifie, elle s'élargit, mais surtout elle se rallonge. Il importe de lui redonner sa forme en raccourcissant les poils de dessus et en ébarbant au peigne couteau tous ceux qui dépassent sur les bords. Là encore, la tondeuse est utilisable mais délicate à manier.

•  La zone qui se trouve sous les yeux, juste au-dessus des joues et qui s'étend jusqu'aux tempes demande également à être toilettée. Les poils en poussant donnent ici de l'épaisseur et il importe d'éclaircir légèrement au peigne couteau, respecter les cils.        
 
•  Un petit espace, situé contre le coin interne de l’œil, à la base du stop et au départ du chanfrein, correspond au commencement des moustaches. A cet endroit des poils longs se redressent en formant des petits toupets qui cachent les yeux du chien. Ces petites touffes ont, en outre, un caractère inesthétique et il préférable de les faire disparaître. Cela dégage la naissance du chanfrein et lui rend toute sa longueur naturelle.

•  La sous-gorge et la nuque nécessitent à leur tour un bon "débroussaillage". Le cou doit être puissant, mais il doit rester harmonieux. Un excès de pilosité à cet endroit pourra faire l'effet d'un cou court, rentré dans les épaules. De même la nuque et l'encolure doivent avoir un poil fourni mais pas trop long. L'encolure doit garder une allure élancée, dégagée et élégante, favorisant une belle expression dans le port de tête.
Le toilettage de la tête est un travail artistique. On le voit, il ne s'agit pas de couper, tailler et raser dans tous les sens. Jean CASTAING a très justement expliqué que le toilettage d'un griffon ne doit rien avoir de commun avec celui d'un caniche ou d'un fox-terrier ! 
 
Quelques zones doivent être travaillées avec modération afin de laisser apparaître les ciselures de la face. Désépaissir la toison sur le crâne, les tempes, les zygomatiques et la région sous-orbitaire, c'est réduire la masse de la tête. On enlève de la sorte la lourdeur entraînée par les exubérances pileuses. La tête doit manifester sa véritable expression.
                  
 
Une mode relativement récente consiste à raser de près toutes ces zones à pilosité surabondantes. C'est la coupe "provençale", mise en vogue à une époque déjà lointaine par une éleveuse occitane. La tondeuse élague trop les espaces précités qui ressortent rasés, elle empiète généralement sur les joues, les creusent et entament la barbe... l'harmonie cubique du museau est brisée. Pour finir les sourcils sont taillés "au carré", en visière, les crânes ont la coupe rase des légionnaires et les encolures ressemblent à celles des GALGOS espagnols. L'aspect général de la tête se rapproche de celui d'un SCHNAUZER à oreilles tombantes ! Ce type de toilettage donne le contraire d'une expression naturelle et durcit les traits. Il confine au déguisement et ne devrait pas être toléré, pour le moins devrait-il être pénalisé dans les expositions.
 
Ne pas oublier l'intérieur des oreilles. Probablement, est-ce la partie la plus délicate de la tête. La pilosité retient les poussières et les petits débris. Un excès de cérumen colle les poils de l'entrée du canal auditif. C’est gênant pour l'odeur, en outre cela favorise le développement d’un cathare auriculaire. On traite à l'eau chaude et à la glycérine ; il est facile de pratiquer soi-même l’épilation des poils qui obstruent l’entrée des conduits auditifs, c’est indolore pour le chien. Un bon juge vérifie toujours la propreté des oreilles, c'est un critère de bienséance de la part du présentateur.            
 
Un nettoyage régulier des dents est nécessaire. Le tartre s'accumule sur la couronne dentaire. Outre l'effet déplaisant, les effets secondaires sont importants, le collet se déchausse, les caries s'installent. La mauvaise haleine rencontrée en est d'ailleurs la cause.
source; 
www.griffonkorthals.fr
toilettage
Tete (1).jpg